Pages Menu
Categories Menu

Posté le 15 fév , 2016 dans Projet "Food Inde 2016, Le Goût des Autres", Sessions culinaires

Day 13/14 : Journée d’échanges culinaires Indo-français à l’Université SRM de Chennai

Day 13/14 : Journée d’échanges culinaires Indo-français à l’Université SRM de Chennai

Dimanche 14 février, nous arrivons à Chennai et sommes pris en charge à l’hôtel d’application de l’Université SRM de Chennai.

Accueil classique indien, avec fleurs, sweets, encens et cadeaux. Et bien sûr des affiches annonçant notre présence !
Le Dr Ashok Kumar nous fait un discours de bienvenue.

Nous sommes dirigés vers le restaurant où une collation nous attend.
Ensuite nous visitons le campus de l’Université qui compte 20 000 étudiants dont 12 000 internes.
Il comprend une bibliothèque immense, un hôpital universitaire (où nous allons faire un tour), une tour récente dédiée à l’informatique et aux hautes technologies et une salle de conférence de 2 500 places.
Université privée qui possède 100 bus, des cargos, deux chaînes de télévision, des usines de fabrication de thé,..
Avec notre regard critique, on ne sait plus si c’est de l’école ou des affaires !

Repas le soir au restaurant avec un curry de poulet : tout le monde a aimé !

On fait le point sur la journée de demain et on fait l’atelier carnet de voyage.

 

Le lendemain, lundi, nous visitons les locaux de l’école.
C’est vraiment différent de chez nous. On voit bien que les méthodes pédagogiques ne sont pas les mêmes.
Ils disposent d’assez peu de moyens et bricolent avec ce qu’ils peuvent. Mais tout est très propre.

La journée se met en place. Entre collation, thé break, visites et réunions.

 

Le groupe est partagé en deux :
Les cuisiniers prépareront le repas français
Le groupe restaurant participera à une session de formation à la cuisine indienne qui servira de plats pour le buffet du soir.
Chacun s’équipe. Et nous entrons dans la “Quantity Training Kitchen”, la cuisine pour la collectivité.
Un enseignant indien fait la démonstration du plat au groupe d’étudiants français comme indiens.
La méthode est fondée sur la forte présence du maître et on sent bien que les étudiant sont obéissants et respectueux.

C’est parti pour 11 plats indiens.
A la suite de cette démonstration, nous ferons une démonstration de cocktail au shaker pour le soir.

 

Pendant que le groupe restaurant participe à la démonstration de cuisine indienne,n le groupe cuisine prend possession de la cuisine “basic training kitchen”.
Chaque étudiant français prend en charge un plat avec deux ou trois étudiants indiens.
Le lancement est assez froid ; difficulté de la langue, timidité, mais on sent que le geste culinaire est un langage universel. La production se met en marche.

Progressivement, la glace se rompt et les échanges sont de plus en plus fréquents et parlés.
Chaque étudiant indien aura fait une recette française du  début à la fin. Il sera capable de la refaire. Ils sont vifs, rapides et percutent sur ce qu’il faut faire.
Les indiens n’ont pas l’habitude de cette manière de fonctionner et produire tous les plats en parallèle les dérangent un peu. Ils angoissent sur les échéances à respecter. Serons-nous prêt à 17 h car il y a une cérémonie ?
Finalement, à 16 h 30, tout se met en place et les finitions vont très vite.
Tout est prêt.
Les étudiants français ont joué leur rôle à la perfection. Dans l’action, ils sont efficaces.

Vient le moment de la cérémonie de félicitation, comme ils l’appellent.
Grand amphi aux couleurs franco-indiennes et affiches au mur sur l’échange entre l’Université et le lycée Jacques Coeur.

Discours, remise de diplômes et échange de questions/réponses.
Ensuite, nous partons dîner, cela faisait longtemps que nous n’avions pas mangé !
Le repas se déroule de manière très protocolaire, mais c’est leur manière d’organiser les choses.
Beaucoup de discours, de remerciements, de félicitations et d’encouragements.
L’Université communique beaucoup sur la notion de récompenses reçues, de titres obtenus, on sent que la notion de compétition est bien présente. Elle sert de base à tous les outils de communication.
D’ailleurs, nous n’échapperons pas aux différentes séances de photos.
Malgré nos 10 000 km d’avion, nos 900 km de bus, nous sommes en tenue professionnelle. Cela n’a pas été simple à organiser.

Durant le repas, nous allons faire un flambage qui sera l’occasion de réunir tous les invités autour du guéridon et de les émerveiller avec le dessert des crêpes flambées.

Leur enseignement de la cuisine française est fondée sur la cuisine française. On retrouve les appellations de plats issus du “Guide Culinaire” d’Escoffier.
Leur modèle de plats et de menus est encore celui des années 1900/1950 et cela les interpelle car ils nous posent des questions sur comment fait on pour manger autant ?

La soirée se termine par la dernière séance de carnet de voyage.

Cette année, une promesse d’échanges professionnels entre l’Inde et la France est née.
Reste à monter le dossier, convaincre les politiques et trouver les fonds pour permettre que de tels moments de rapprochements soient à nouveau possibles.

Mais que va t’il advenir des échanges avec l’étranger suite aux attentats terroristes en France en novembre 2015 ?

Nous qui avons longuement hésité, et qui avons finalement voté la poursuite de notre projet ne regrettons rien car durant tout notre trajet, nous n’avons, à aucun moment, inquiété, angoissé, ou apeuré de quoi que ce soit.

Soyons sage et pensons à l’équilibre fragile :  liberté/sécurité.

 

 

1

Répondre

Ver peliculas online