Pages Menu
Categories Menu

Pûjâ en l’honneur de Jeanne Decrock

Jeanne, faisait partie de notre groupe South India 2014, elle était aussi la secrétaire de Namasté INDE et elle nous a quittés en décembre par un matinée de givre !

Nous ne pouvions pas faire ce voyage en Inde sans laisser une trace de son souvenir sur cette terre qu’elle avait déjà découverte en 2012 lors d’une mission de découverte.

Il nous a semblé normal de laisser une trace à Mahabalipuram, village qu’elle connaissait.

Cette trace a pris la forme d’une Pûjâ  (cérémonie traditionnelle hindoue),  rituel quotidien et central de l’hindouisme.

La Pûjâ est un rituel censé provoquer la « descente »’ d’une divinité à l’intérieur d’une image la représentant (la belle carte d’Emilie), ou d’une statue (Lakshmi et Vishnou).

L’invocation, réalisée par le brahman, débute par le tintement d’une clochette, qui appelle la divinité.

Elle se poursuit par l’offrande de fleurs fraîches, de denrées, d’encens, accompagnée de musique et de la récitation de mantras.

S’il s’agit d’une statue, le pûjâri (l’officiant) l’oint d’huile, de camphre et de pâte de santal et la recouvre de guirlandes.

Les mains des participants sont aspergées de lait et d’eau consacrée. Le liquide ainsi versé se répand dans le vase sacré. Puis, il est oint de ghi,- ou beurre clarifié-, de pâte de santal et orné de fleurs.

Le darshan marque le point culminant du rite, lorsque la divinité se révèle à tous.

La pûjâ est célébrée dans les temples par les brahmanes. Dans le foyer, le chef de famille assure la pûjâ.

Même si on peut percevoir le sens de cette cérémonie, il est impossible à un non initié d’en capter le côté ésotérique.

Ver peliculas online